La garde côtière veille sur la mer

Garde côtière

Politique scientifique fédérale - Unité de Gestion du Modèle mathématique de la mer du Nord (UGMM)

Jan Haelters, coordinateur examen scientifique des baleines et dauphins à l’UGMM:

"Nous récoltons les mammifères marins morts comme les marsouins et les dauphins et les rassemblons dans un grand congélateur. Ensuite nous réalisons avec un spécialiste de l'Université de Liège une autopsie. Nous tenons à savoir pourquoi l'animal est décédé, quel était son état de santé avant sa mort. Lorsque de grandes baleines échouent, nous nous rendons sur place avec toute l'équipe et nous réalisons l'autopsie sur place."

Jan Haelters - Politique Scientifique fédérale

 

 

Au sein de la Garde côtière, l’aspect écologie joue un rôle important.

Le Politique scientifique fédérale (BELSPO) initie et soutient des programmes scientifiques consacrés à l'étude des écosystèmes de la mer du Nord. Ces programmes ont pour objectif d'améliorer la connaissance de ces écosystèmes et d'en stimuler la gestion et l'exploitation de manière durable.
 
L’Institut Royal des Sciences Naturelles de Belgique, établissement scientifique fédéral relevant de BELSPO, participe à la Garde côtière et ceci via sa Direction Opérationnelle Milieu Naturel (DO Nature), avec au sein de celle-ci le service scientifique l’Unité de Gestion du Modèle Mathématique de la mer du Nord (UGMM).
La DO Nature étudie les écosystèmes de la mer du Nord à l’aide d’échantillons et de modèles mathématiques. Via ces études, les scientifiques parviennent à mieux cerner l'état du milieu marin et ils peuvent donner un avis pour la gestion durable de la mer.

Pour l’exécution des études scientifiques, BELSPO met à disposition le RV Belgica. Ce navire de recherche océanographique peut être considéré comme un laboratoire flottant et est ouvert aux institutions scientifiques belges. Des équipes internationales participent aussi aux études océanographiques à bord. Lorsqu’une catastrophe pétrolière a lieu, des échantillons de l’eau sont relevés à l’aide du RV Belgica ou du Tuimelaar, un petit bateau de surveillance. On peut ainsi vérifier les effets de la catastrophe sur le milieu marin.

La DO Nature -UGMM dispose également d’un avion d’observation. À l’aide de cet avion, on contrôle les déversements illégaux en mer du Nord. En outre, cet avion peut être utilisé pour le contrôle des navires d'extraction de sable, l'observation des mammifères et des oiseaux marins, etc. Lorsque des cétacés ou d'autres mammifères marins sont en détresse ou ont échoué, la DO entreprend des actions pour aider les animaux. Elle réalise également des examens scientifiques sur ces animaux pour déduire la cause de la mort et collecte des informations concernant la population.