La garde côtière veille sur la mer

Garde côtière

FAQ & Links

  • Que dois-je faire si je souhaite plonger en mer?

    La procédure pour la plongée sportive et récreative en mer est décrite dans BAZ (= Berichten aan Zeevarenden/Messages aux navigateurs )n° 11 de 2006 et n° 12 de 2006. Ces BAZ peuvent être consultés sur le site web de la Division de la Côte. Pour acheter un exemplaire: vous pouvez faire un virement et puis vous recevrez votre commande par la poste. Vous pouvez également vous adresser à l'acceuil de la division de la Côte: Vrijhavenstraat 3 à Ostende, 0032(0)59/554 211.

     

     

  • C'est quoi exactement une seiche?

    La seiche commune est une pieuvre avec dix bras. En première vue on penserait qu'une seiche possède ne plus que huit bras, mais là-dedans deux bras plus longues sont cachés pour saisir leur proie. Elles mangent surtout des crevettes et des crabes. La seiche est courante dans la mer du Nord. La seiche peut atteindre 50 cm, mais elle a une longévité limitée. Un mâle atteint au maximum l'âge de trois ans et une femelle meurt déjà après une année (après avoir pondu ses oeufs).

    La seiche commune est aussi dénommée sépia. Elles peuvent changer de couleur quand elles se sentent intimidées ou quand elles sont fachées. Les sépia s'enterrent dans le sable. En prenant la fuite, elles projettent un liquide noir, appelé sépia, ce qui restreint la vue de leurs ennemis.

    Les seiches sont des mollusques et ne possèdent pas des os. La majorité des mollusques vivent dans une coquille, mais lé sépia a une coquille (squelette) interne. En été vous trouverez ces coquilles souvent sur la plage. La plupart des gens les connaît comme l'os de seiche, une délicatesse pour beacoup d'oiseaux. 

  • Comment puis-je prévenir que mon enfant se perd à la plage?

    - restez dans une zone où les sauveteurs côtièrs sont actifs
    - si il y a des poteaux d'orientation, montrez votre enfant la figure du poteau d'orientation plus près chez vous
    - allez chercher un bracelet d'orientation chez les sauveteurs avec la figure de 'votre' poteau d'orientation
    - écrivez votre numéro gsm sur la main de votre enfant
    - ne perdez pas de vu votre enfant
    - dîtes à votre enfant qu'il/elle doit aller aux sauveteurs quand il/elle ne vous trouve plus

  • Comment sais-je si je peux aller nager en sécurité?

     

    Regardez le couleur du drapeau sur le poste des sauveteurs.
    Un drapeau vert veut dire que c'est permis d'aller nager. S'il y a un drapeau jaune, vous pouvez nager, mais parce que ça peut être dangereux, vous ne pouvez pas emmener des canots pneumatiques, des ceintures de natation ou des autres objets gonflables ou flottants dans l'eau. Un drapeau rouge signale que c'est interdit de nager.
    Suivez en tout cas les instructions des sauveteurs.

    Les surfeurs ont leur propre bandeau vert (permis de surfer) et bandeau rouge (interdit de surfer), avec une marque dans la forme d'une planche à voile.

    Attention: dans les zones non surveillées, il est strictement interdit de nager! Ces zones sont indiquées par un panneau de prohibition.

    Vous trouvez les différentes drapeaux et signes ici.

     

  • Comment s’organisent les services de sauvetage maritime?

    En cas d’incident en mer, le Centre Maritime de Sauvetage et Coordination (MRCC) d’Ostende entre en action. Il est responsable du Search and Rescue (SAR), en d’autres mots,  des actions de recherche et de sauvetage. Le MRCC avertit les services de sauvetage qui interviennent avec des moyens maritimes ou aériens.

    A la côte, les véhicules de sauvetage peuvent partir de trois stations de sauvetage. Les bateaux de sauvetage de Vloot se trouvent à Ostende, Ship Support disposent de quelques véhicules à Nieuport et des véhicules de sauvetage du Vrijwillige Blankenbergse Zee Reddingsdienst (VBZR) [service de sauvetage maritime volontaire de Blankenberge] sont disponibles à Blankenberge. Les hélicoptères de sauvetage partent de Koksijde. Le service de sauvetage qui est envoyé dépend de la nature et du lieu de l’incident. Il est évident que, le cas échéant, tous ces services collaborent et peuvent aussi tous être appelés 24h/24.
     

  • Des échouages massifs d'étoiles de mer sur la plage, pourquoi se passe-t-il?

    Ce phénomène des milliers d'étoiles qui s'échouent, on le constate surtout en hiver et pendants les orages. Les courants forts décrochent les étoiles de mer qui deviennent étourdis par la basse température et ont du mal à se rattacher au fond marin. Le courant et les marées les transportent jusque qu'à la côte où elles finissent par échouer.

    Cela démontre la présence nombreuse de l'étoile de mer commune dans la mer du Nord; il semble que la population continue à augmenter. Des étoiles de mer adultes ont peu de prédateurs, sauf le goéland argenté. Cependant, ils ont bien raison de se méfier de leurs propres congénères. Des étoiles de mer jeunes sont fréquemment attaquées par des collègues plus grands et certaines étoiles sont même spécialisées dans la consommation d'autres espèces d'étoiles de mer.

  • Dois-je avoir peur des méduses?

    Non, il ne faut pas avoir peur des méduses à notre côte. La plupart n'est pas dangereuse.

    Types de méduses
    A notre côte, quatre espèces apparaissent régulièrement:

     

    L'Aurélie: le nom est déduit du dessin en forme de quatre "oreilles" dans l'ombrelle. Ne pique pas. Vous pouvez les rencontrer dès le printemps jusqu'au début de l'été. 

    La Cyanée bleue: aussi une méduse du printemps. Cet espèce peut causer des lésions cutanées. 

    La Méduse Rayonnée: la méduse typique de l'été. Cette méduse possède un dessin marron et des tentacules longs. Peut causer des lésions cutanées sévères.

    Méduse chou-fleur ou poumon de mer: Une grande méduse bleue qui fréquente notre côte en fin d'été et en automne. Cette méduse ne possède pas de tentacules et ne cause pas des lésions cutanées. 

    Autrefois, en été, à notre côte, on trouvait aussi la méduse à crinière de lion. Cette méduse peut mesurer jusqu'à un demi-mètre. Normalement elles sont de couleur jaune, mais il y a aussi des exemplaires rouges. Ce type peut piquer sévèrement. Elles ne se sont plus vues depuis quelques ans.

     

    Les méduses ne sont pas des poissons, elles appartiennent au plancton. Elles ne savent pas nager et se laissent transportées par les courants et le vent, parfois être jetées sur la plage en masse. Elles se nourrissent de petits poissons et animaux planctoniques qui se retrouvent entre ses tentacules.

    Les méduses sont composées de 95 % d'eau avec une membrane autour. De cet aspect gélatineux vient la dénomination anglaise 'jelly'fish. Elles sont formées d'une calotte appelée ombrelle. En dessous de l'ombrelle il y a une cavité qui fonctionne en même temps comme bouche et estomac. Sur les bords de l'ombrelle sont attachées les tentacules.

    Bien qu'il soit connu que les méduses peuvent s'échouer sur nos côtes à différentes périodes de l'année, la dynamique de population de ces espèces n'est toujours pas complètement comprise d'un point de vue scientifique. 
    Vous pouvez aider les scientifiques par rapporter des observations des méduses sur kwal@natuurwetenschappen.be (nombre limité) ou mrcc@mrcc.be (en masse). Vous pouvez également télécharger un formulaire (en néerlandais) sur http://www.mumm.ac.be/FR/Management/Nature/strandings.php

    Lisez-plus sur les piqûres des méduses.

    Remerciements: Francis Kerckhof, IRSN/DO Nature

  • Dois-je toujours disposer d'une lettre de pavillon pour la navigation de plaisance?

    Une lettre de pavillon est une pièce d'identité qui fait preuve que votre bateau de plaisance est inscrit au registre des bateaux de plaisance. Ce document vous donne le droit de battre le pavillon belge. 

    Les bateaux de plaisance naviguant en haute mer, dans les eaux étrangères et les eaux maritimes belges (mer territoriale, ports du littoral, port de Gent, les canaux Oostende-Brugge, Zeebrugge-Brugge et Terneuzen-Gent et l’Escaut maritime inférieur) doivent avoir une lettre de pavillon.

    Dérogations:
    Les bateaux d’une longueur inférieure à 2m50 ainsi que les kayaks et les pédalos ne reçoivent pas de lettre de pavillon.

    Les bateaux d’une longueur supérieure à 24m, ceux qui pratiquent la pêche à la ligne en mer avec passagers payants et ceux qui sont utilisés ou destinés au transport de plus de 12 passagers payants ne sont pas considérés comme bateaux de plaisance. Ils reçoivent une lettre de mer.

  • Est-ce que je peux organiser une course ou compétition de jet ski, power boat, etc. en mer ?


    Pour des activités de sport nautique en groupe, il faut se renseigner chez le Service Public Fédérale (SPF) Mobilité et Transport si une autorisation est requise. 
    Si la course ou la compétition est de nature publicitaire ou commerciale, il faut aussi demander une autorisation à la Direction générale (DG) Environnement. La DG Environnement veille à la réglementation visant à protéger le milieu marin.
    Si la course ou la compétition n’est pas de nature publicitaire ou commerciale, vous n’avez pas besoin de permis de la DG Environnement, mais il est quand même conseillé de prendre contact ou de vérifier si le trajet prévu ne se trouve pas dans une zone spéciale de protection de la nature ou des oiseaux.
    Il faut demander les autorisations suffisamment à l’avance.
    Contact:
    DG Environnement: Steven Vandenborre - 0032 (0)2/524 96 29 - steven.vandenborre@milieu.fgov.be
    SPFl Mobilité et Transport:sportsdevague@mobilit.fgov.be  

  • Est-ce que l'usage de gasoil rouge pour des bateaux de plaisance est permis?

    Non, l’utilisation de gasoil marqué rouge aux bateaux de plaisance est strictement interdit aux lois Belges et Européennes.

  • Est-ce qu’un marsouin est un cétacé?

    Bien que le marsouin ne soit pas un grand animal, il appartient à la famille des cétacés. La taille maximale d’un marsouin est de 2 m et il peut peser jusqu’à 60 kilogrammes. Comme ce sont des mammifères marins et qu’ils respirent donc via leurs poumons, ils nagent tout près de la surface de l’eau afin de pouvoir remonter facilement pour respirer. Les marsouins mangent toutes sortes de poissons, crevettes,…Ils trouvent leur nourriture via l’écholocation. On voit souvent des marsouins le long de la côte au printemps et au début de l’été.

    Lorsque vous remarquez un marsouin ou un autre mammifère marin échoué, signalez-le au Centre Maritime de Sauvetage et Coordination: 0032 (0)59/34 20 10. Vous pouze également envoyez un e-mail à dolphin@mumm.ac.be.

    L'unité de Gestion du Modèle Mathématique (UGMM) entretient une base de données avec tous les mammifères marins observés, échoués et relâchés le long de la côte belge.

  • Est-ce qu’un navire étranger a besoin d’une autorisation pour réaliser des activités sur la partie belge de la mer du Nord?

    Pour les navires étrangers et les entreprises étrangères, il existe une procédure spéciale pour obtenir une autorisation pour réaliser des activités hydrographiques et/ou océanographiques, appelée ‘diplomatic clearance’ ou 'dipclear'.
    Plus d’information sur cette procédure: FSPF Affaires Etrangères, Service Transport internationaux, Rue des Carmélites 15, 1000 Brussel (http://diplomatie.belgium.be/).

  • Est-ce qu’un tsunami peut se produire dans la mer du Nord?

    Tsunami est un mot d’origine japonaise: ‘tsu’ signifie ‘port’ et ‘nami’ signifie ‘haute vague’.
    Les tsunamis peuvent avoir plusieurs origines: un séisme sous-marin, un impact cosmique (météorite), une éruption volcanique en mer ou un important tremblement de terre entraînant l’enfoncement ou la chute d’une masse importante dans la mer.
    Suite au déplacement du fond marin, une quantité d’eau est en fait soulevée.
    Il est quasi impossible d’observer un tsunami en pleine mer. En effet, il n’y a pas de haute vague mais une vague très large se crée (longueur de la vague de 100 à 400 km de long). Cette vague se déplace bien plus rapidement que d’habitude.
    Lorsque cette large vague approche toutefois de la côte, elle atteind les eaux peu profondes et perd de sa vitesse. L’eau à l’avant de la vague passe pour ainsi dire vers l’arrière, au-dessus de l’eau qui suit faisant monter la vague.
    Il est peu probable qu’un tsunami se produit le long des côtes de la mer du Nord. En effet, la mer du Nord est une mer peu profonde empêchant les vagues de prendre de la vitesse.
    Les partenaires de la garde côtière compétents prennent toutefois les mesures de précaution nécessaires et déterminent les procédures d’alerte.

  • Est-il permis de jeter une bouteille avec un message à la mer ?

    Non, il est interdit de jeter des déchets à la mer, ce qui implique qu’on ne peut pas jeter de bouteille à la mer.

    La convention internationale MARPOL concernant la pollution par les navires l'interdit. Cette convention traite du déversement de déchets ou d’autres matériaux résultant de l’exploitation normale des navires. L’annexe V de la convention MARPOL a trait aux déchets provenant de navires. Par « déchets », on entend toute nourriture et tous les déchets ménagers, à l'exception de poisson frais et de ses parties, résultant de l’exploitation normale d’un navire. Par ailleurs, il est absolument interdit de rejeter des objets en matière plastique dans la mer.  

    De plus, dans le cadre de la présente annexe, le statut de « zone spéciale » a été conféré à la mer du Nord, ce qui veut dire qu'une interdiction générale s’y applique contre les rejets de déchets. L’évacuation de déchets alimentaires dans la mer peut uniquement avoir lieu en dehors de la zone de 12 milles marins. La législation nationale implémente également des restrictions. L’immersion de déchets ou d’autres matériaux dans la mer est interdite pour la totalité des espaces marins (conformément à la loi visant la protection du milieu marin). « Immersion » est définie comme « l'action consistant à se défaire délibérément de déchets ou d’autres matières dans la mer à partir de navires ».

    Cette interdiction n’est pas applicable aux cendres de corps humains incinérés, aux poissons non transformés, déchets de poissons et prises accessoires évacuées par les navires de pêche, aux déblais de dragage et aux matériaux inertes d'origine naturelle (tels que les blocs de rocher, le sable et le gravier).

    Sur la base du Règlement littoral, il est en outre interdit d’évacuer la moindre substance solide ou liquide polluante dans les eaux territoriales. Il est également interdit de délaisser des décombres, des déchets, des épaves, des débris ou des objets comparables dans le domaine public et de laisser des bateaux abandonnés amarrés dans les ports.

    ©VLIZ

     

     

  • Existe-t-il un avis météorologique spécial pour la côte?

     

    Il y a à la côte une sorte de “microclimat”. Ce qui signifie que le temps à la côte est différent de celui dans le reste du pays. Le soleil y brille plus et en général il y pleut moins. Par contre, en été, il y fait plus frais et plus venteux. L’agence des Services Maritimes et Côtiers (MDK) établit dès lors un avis météorologique spécial pour la côte. Celui-ci est adapté quatre fois par jour et vous y trouverez les prévisions jusqu’à cinq jours répartis en côte occidentale (de La Panne à Ostende) et côte orientale (d’Ostende à Knokke-Heist). Plusieurs communes côtières publient aussi des images de webcams. Si vous voulez savoir quel temps il fait à la mer, surfez vers www.kustweerbericht.be ou consultez la météo côtière sur votre smartphone.

     

  • J'ai vu un animal malade, blessé, échoué ou mort. Où dois-je le signaler?

    Un phoque échoué, malade ou blessé?
    Appelez le Sea Life Centre Blankenberge au 0032 (0)50/42 43 00, ce numéro est accessible 24h sur 24. Tenez - vous à distance de l'animal malade ou blessé, le le touchez pas (danger de transm=ission de germes pathogènes / morsures) et tenez les chiens en laisse. Attention: tous les phoques échoués sur la plage ou un brise-lames ne sont pas malades ou blessés, ils viennent parfois simplement s'y reposer.

    Un dauphin échoué? Un cadavre d'un phoque, daupin ou cétacé?
    Appelez l'UGMM (Unité de Gestion du Modèle Mathématique de la mer du Nord): pendant les heures de bureau: 0032 (0)59/70 01 31 -en dehors des heures de bureau: 0032 (0)477/25 90 06 - 0032  (0)475/46 60 68 - 0032 (0)473/95 30 59

    Un oiseau mazouté?

    Appelez le centre d'acceuil pour oiseaux et animaux sauvages (VOC) à Ostende au 0032 (0)59/80 67 66. Vous pouvez également amener les oiseaux vous-même entre v 9h et 12h et entre 13h30 en 17h30.

    Provinciaal Domein Raversijde
    Nieuwpoortsesteenweg 642
    8400 Oostende

    voc.oostende@vogelbescherming.be

  • J'aimerais travailler comme plongeur-sauveteur chez l'armée. Par où commencer?

    Pour devenir plongeur-sauveteur, il faut être militaire de carrière. Donc vous devez d'abord compléter la formation générale de sous-officier. La limite d'âge pour commencer cette formation est 33 ans. La formation dure 4 ans. Ensuite, il y a encore une formation de plongée d'un an.  

    Évidemment, vous êtes requis d'être en condition excellente. Avoir de l'expérience antérieure est certainement une avantage. Après avoir suivi les formations nécessaires, vous êtes éligible pour la fonction de plongeur-sauveteur lorsqu'un post vacant se présente.

    En savoir plus? www.mil.be/fr/page/travailler-la-defense 

  • J'aimerais travailler comme sauveteur en mer. Que dois-je faire?

    Dès l'age de 16 ans vous pouvez suivre des cours chez WOBRA (West-Vlaams Opleidingscentrum voor Brandweer-, Reddings-, en Ambulancediensten) à Oostende, Brugge, Kortrijk ou Koksijde. Les cours sont organisés du septembre au mars et coûtent 175 euros. La duréé est 43 heurs dont 25 heures pratique et 18 heures théorie. L'examen se compose de trois parties: théorie, pratique de natation, réanimation et secours et finalement un test de natation dans la mer. Quand vous réussiez pour les trois parties, vous recevez un diplôme "sauveteur en mer", valable pour trois ans.

    www.redderaanzee.be - www.redderaanzee.wobra.be

  • La Belgique compte combien de navires de pêche?

    Selon les chiffres de la Division Pêche en mer 79 navires sont encore actifs en Belgique : Zeebrugge 41, Oostende 23, Nieuwpoort 9 et Blankenberge 4. 2 navires sont enregistrés dans un port de l’Escaut. 

  • Les découvertes en mer doivent être signalées au gouverneur de Flandre Occidentale. Comment cela marche?

    Le gouverneur de Flandre Occidentale est désigné comme receveur du patrimoine culturel subaquatique. Ca veut dire que quiconque fait une découverté doit signaler sa découverte sans délai au gouverneur. Le receveur tient un registre électronique des découvertes signalées et il établit un rapport d'enquête sur les découvertes, dans lequel il fournit un avis motivé si la découverte peut être considérée comme patrimoine culturel subaquatique.

    Sur www.vondsteninzee.be vous trouverez toutes les informations. Vous y pouvez aussi signaler une découverté et consulter le régistre. Ce projet est une réalisation commune du gouverneur, l'agence Patrimoine Immobilier (Agentschap Onroerend Erfgoed) et l'institut flamand pour la mer (VLIZ).

  • Les pirates existent-ils encore ?

    Les pirates existent toujours mais dans le sens moderne du mot. Ils utilisent maintenant des hors-bord, des mitrailleuses et même l’espionnage satellite pour attaquer des grands cargos. Ces cargos sont une cible de prédilection car l’équipage à bord n’est pas nombreux. Les pirates n’hésitent pas à faire preuve de beaucoup de violence ou de prendre l’équipage en otage. Outre la cargaison, ils sont souvent aussi intéressés par les possessions personnelles de l’équipage. Les pirates modernes sont surtout actifs dans le sud-est de l’Asie (Philippines et Indonésie), dans certaines régions de l’Amérique du sud et devant la côte de Somalie).  

  • Où et quand se déroulent les exercices militaires en mer du Nord?

    Des exercices de tir ont régulièrement lieu sur la base militaire ‘Lombardsijde – Nieuwport’. Pour des raisons de sécurité, une partie de la mer est soustraite à toute forme de navigation pendant la durée de ces exercices.

    Vous retrouverez ces secteurs dans ‘les Avis aux Navigateurs  nr 1' et sur les cartes maritimes.

     

    Vous retrouverez l’heure et la date des exercices de tir dans les Avis aux Navigateurs ou sur le site web de la Défense.
    Les exercices de tir maritime n'ont en principe JAMAIS lieu les samedis, dimanches, jours fériés légaux et durant les vacances scolaires.

  • Où puis-je trouver les Avis aux Navigateurs?

     

    Vous pouvez consulter les Avis aux Navigateurs sur le site web de l’hydrographie flamande: www.vlaamsehydrografie.be, en cliquant sur ‘'Avis aux Navigateurs', et ensuite ‘Liste'.

    Pour acheter un exemplaire:
    Vous pouvez faire un virement et puis vous recevrez votre commande par la poste. Vous pouvez également vous adresser à l'accueil de la division de la Côte: Vrijhavenstraat 3 à Ostende, 0032(0)59 554 211.

  • Où puis-je trouver plus d’information sur les formations maritimes?

    Sur le site web www.areyouwaterproof.be vous trouverez toutes les informations sur les instituts de formation maritime et les carrières en mer. (Site web en néerlandais)

     

  • Où trouve-t-on des épaves dans la mer du Nord?

    240 épaves ont été officiellement repérées sur une carte dans la partie belge de la mer du Nord par le département de l’agence Maritieme Dienstverlening en Kust. Il y a toutefois bien plus d’épaves dans la mer du Nord, on estime qu’il y en aurait plusieurs milliers.
    Vous pouvez consulter sur le site de l’Hydrographie flamande (www.vlaamsehydrografie.be) une base données des épaves et l’Institut flamand du patrimoine immobilier (VIOE) (www.maritieme-archeologie.be) a créé une base de données pour le patrimoine maritime. Vous y trouverez des informations sur les épaves, les autres objets en mer ou les installations submergées dans les eaux belges, etc.

     

    Quelques autres sites web ou projets qui valent la peine: 

     

    • le site des épaves (www.wrecksite.eu): vous y trouverez toutes sortes d’information sur les épaves en mer du Nord, les cartes maritimes et des photos.
    • le projet d’étude BEWREMABI (BElgian WREcks for MArine BIodiversity): un projet d’étude étudiant la biodiversité sur et autour des épaves dans les eaux marines belges.
  • Pourquoi ne peut-on pas nourrir les mouettes?

    Il n’est pas nécessaire de nourrir les mouettes. Elles ont suffisamment de nourriture. Lorsque les mouettes sont nourries par l’homme, elles ne vont plus chercher elles-mêmes de la nourriture. Elles détruisent les sacs poubelles ce qui salit les rues et attirent la vermine. Les toits, les voitures et les trottoirs sont aussi souillés par les déjections des mouettes. Les mouettes osent parfois également venir voler la nourriture des mains des gens, ce qui peut être dangereux, surtout pour les petits enfants.
    Savez-vous qu’il est même interdit de nourrir les mouettes ? Si vous le faites quand même, vous risquez dans la plupart des communes côtières une amende salée.

  • Puis-je ceuillir des moules sur la plage ou dans le port?

    Non, c'est interdit par la loi. D'ailleurs, ce n'est pas une bonne idée. Selon une recherche d'ILVO (l'Institut de recherche pour l'Agriculture et la Pêche) manger des moules cueillies sur la plage ou dans le port représente un risque sérieux pour la santé. Ces moules contiennent beaucoup de microbes qui peuvent causer des infections gastro-intestinales et plus de substances chimiques que les moules que vous achetez dans le supermarché.

    Plus d'information: http://www.ilvo.vlaanderen.be/NL/Pers-en-media/Alle-media/articleType/ArticleView/articleId/1815/Wild-geplukte-mosselen-op-Belgische-strandhoofden-en-kaaimuren-voldoen-niet-volledig-aan-voedingsnormen

     

     

  • Puis-je naviguer jusqu'à les éoliennes sur la mer du Nord?

    C’est possible, mais veuillez en tenir compte qu’une distance de sécurité de 500 mètres a été établie.  Aucun navire ne peut s’approcher à moins de 500 mètres.

    Une seule exception est faite pour les navires qui ont demandé la permission préalable à la garde côtière, tels que les navires de l’operateur des éoliennes, les navires chargés des missions de contrôle, des navires de sauvetage, etc… Ces navires peuvent donc entrer le parc éolien.

    Un navire qui s’approche sans permission à moins 500 mètres est punissable.
    La centrale garde côtière (MRCC et MIK) est automatiquement alertée quand un navire entre la zone prohibée et la police de navigation est également informée. 

     

     

  • Puis-je visiter le MRCC (Centre Maritime de Sauvetage et de Coordination) ou le MIK (Carrefour Maritime de l’Information)?

    Le MIK traite des informations confidentielles, les visites ne sont dès lors pas autorisées. Afin de perturber au minimum les régulateurs du trafic, les visites ne sont autorisées au MRCC que dans des cas exceptionnels. Le MRCC est cependant ouvert au public plusieurs fois par an, par exemple lors de la journée portuaire flamande, les fêtes de la pêche,…Plus d’information sur: www.scheepvaartbegeleiding.be

          

    Lisez-plus sur la centrale garde côtière.

  • Que dois-je faire si je vois un nageur ou surfeur en détresse?

    Appelez le numéro d'urgence 112 ou avertissez le MRCC (Centre Maritime de Sauvetage et de Coordination) à Ostende via

    •  Téléphone: 0032(0)59/70 11 00 of 0032 (0)59/70 10 00
    • Fax: 0032 (0)59/70 36 05
    •  VHF Canal 16 – Canal 67

     

  • Que dois-je savoir pour aller naviguer?

    Sur le site web du SPF Mobilité et Transport (www.mobilit.fgov.be) vous trouverez le vademecum pour la plaisance. Un sommaire de tout ce que vous devez savoir sur des autorisations, des permis, des licences, les adresses où aller chercher ces documents et beacoup plus d'informations utiles.

    Vous pouvez télécharger le vademecum ici.

    La brochure "Guide du plaisancier responsable" est aussi à ne pas manquer. Cette brochure contient des règles et des réglementations pour les navigateurs et des recommandations par des navigateurs qualifiés.

    La brochure a pu être réalisée grâce à une coopération constructive entre l'Agence pour des Services Maritimes et Côtiers (Service  d'Accompagnement Maritime et la division de la Côte), le SPF Mobilité et Transport, la Police de la Navigation et le asbl Promotion Navigation Intérieure Flandres.

    Téléchargez le "Guide du plaisancier responsable" ici ou si vous souhaitez un exemplaire (gratuit) de la brochure, envoyez un mail, avec votre nom et votre adresse, à eva.descamps@mow.vlaanderen.be

     

  • Que fais-je si mon enfant se perd à la plage?

    - contactez un sauveteur
    - si vous ne voyez pas un sauveteur, téléphonez le numéro 112 ou le Centre Maritime de Sauvetage et Coordination (MRCC) au numéro 0032 (0)59/70 10 00
    - dîtes clairement au sauveteur/ aux services d'urgence où vous avez vu votre enfant pour la dernière fois, mentionnez le nom, l'âge, le couleur du maillot de bain .....

  • Que fais-je si mon navire a été volé?

    Adressez-vous au commissariat de police où vous habitez ou au commissariat de police de l’endroit où votre navire a été volé le plus rapide possible. Apportez tous les documents utiles: des factures, la preuve d’assurance,  le certificat de propriété et des copies de documents de bord. Mentionnez aussi toute information utile:  l’outillage, les moyens de communication, l’identité des passagers, le voyage prévu, les ports d’escales et la destination finale.  

  • Que fais-je si une méduse m'a piqué?


    Les cellules urticantes (qui causent la piqûre) d'une méduse se trouvent sur les tentacules. En cas de contact, ils injectent une petite flèche venimeuse dans la victime. Dépendant du type de méduse et de la sensitivité de la victime, la douleur peut être moins sévère ou plus sévère. Piqûres des méduses à note côte ne sont généralement pas dangereuses ou mortels.
    Si une méduse vous a piqué, enlevez d'abord tous les restes de la méduse qui se trouvent encore sur la peau. Ensuite, rincez la zone touchée  à l'eau salée (pas de l'eau douce). Evitez de frotter forcément! Rincer avec de l'eau salée ou appliquer une compresse froide peut soulager la douleur. Dans des cas sévères les analgésiques peuvent être nécessaires.

    Attention: des méduses dans la plage, même si elles semblent mortes, continuent de piquer si vous les touchez!

    Lisez-plus sur des méduses.

    Remerciements: Francis Kerckhof, IRSN/DO Nature

     

     

  • Que puis-je faire si je veux aller pêcher à la plage?

    Vous aimeriez faire de la pêche à la plage, mais vous ne connaissez pas les règles?

    Tenez en compte le suivant:
     •pour les filets plats et les nasses: les ouvertures de mailles doivent étre au moins 70 mm
     •les filets emmêlants et maillants sont interdits (tant sous qu'au-dessus la ligne de basse mer)
    Attention: certaines municipalités côtières ont leur propre réglementation policière.

    Des questions? Régardez le site web de notre partenaire garde côtière Pêche en mer ou envoyez votre question à strandvisserij@lv.vlaanderen.be

  • Quel poisson et combien de poisson puis-je pêcher en mer?

     

    Pour les questions relatives à la pêche en mer et sur la plage, surfez sur http://lv.vlaanderen.be/nl , cliquez sur ‘Visserij’, et ensuite ‘Niet beroepsvisserij’. ou cliquez ici.

    Vous pouvez également vous informer chez la division Pêche en mer, Vrijhavenstraat 5 à Ostend - 059/43 19 20 -zeevisserij@lv.vlaanderen.be.

     

     

  • Quels sports nautiques en mer requièrent une autorisation?

    Pour en savoir plus sur les autorisations nécessaires, prenez contact avec le SPF (Service Public Fédérale) Mobilité et Transport – sportsdevague@mobilit.fgov.bewww.mobilit.belgium.be

  • Qu’entend-on par mer territoriale?

    La largeur de la mer territoriale de Belgique est fixée à 12 milles marins, calculé

    • soit à partir de la ligne de basse mer
    • soit à partir d’éminences découvertes à marée basse si celles-ci se trouvent dans les douze milles marins à partir de cette ligne de basse mer.
    • Soit à partir des extrémités des travaux portuaires permanents qui dépassent les lignes de basse mer susmentionnées.
  • Qu’entend-on par “Zone Economique Exclusive”?

    La Zone Exclusive Economique est située au-delà de la mer territoriale et est adjacente à celle-ci. La ZEE comprend les eaux au-dessus du fond de mer, le fond de mer même et le souterrain. Dans la ZEE,l’état côtièr a le droit d’exercer certains activités comme la recherche scientifique, la génération d’énergie (les parcs à éoliennes), la pêche, la construction d'îles artificielles, …

    Dans la mer du Nord, plusieurs états riverains ont déterminé la démarcation des ZEEs à l’aide des traités. La ZEE belge comprend la partie de la mer du Nord dont la limite extérieure est tracée par une ligne, composés des segments, qui relie les points suivants, exprimés par coordonnées, dans l’ordre mentionné ci-dessous:

    1. 51°16'09" N02°23'25" O

    2. 51°33'28" N 02°14'18" O

    3. 51°36'47" N 02°15'12" O

    4. 51°48'18" N 02°28'54" O

    5. 51°52'34,012" N 02°32'21,599" O

    6. 51°33'06" N 03°04'53" O

    Lisez plus sur la zone d'intervention.

  • Qu’est-ce que le Plateau Continental Belge?

    Les termes “mer territoriale”, “zone territoriale” ou “eaux territoriaux” sont utilisés pour indiquer les eaux étendus jusqu’à une ligne déterminée, où un certain pays a le droit de déterminer des lois et d’exercer la justice soi-même. Selon le traité de droit maritime des Nations Unies, la zone territoriale maximale consiste de 12 milles marines (un peu plus de 22 kilomètres), mesuré dès la ligne de basse mer. C’est aussi le cas en Belgique.

    Attention: ça ne veut pas dire que la Belgique puisse interdire l’accès à ses eaux territoriales aux navires puisque ‘le droit de passage inoffensif’ s’applique toujours. Les navires peuvent traverser librement, mais doivent respecter les dispositions de l’état riverain, comme l’interdiction de déverser d’hydrocarbures ou l’interdiction de pêcher sans permis.
     

    Lisez-plus sur la zone d'intervention.

  • Qu’est-ce qu’une tempête millénaire ?

    Une tempête millénaire est un tempête très violente qui se produit statistiquement une fois tous les mille ans. Pour comparaison, la tempête de 1953 était une tempête « de 250 ans ». Une tempête millénaire peut engendrer de très hautes vagues et le niveau de la mer peut augmenter de manière spectaculaire. Il est impossible de prédire quand cette tempête aura lieu. Elle peut avoir lieu demain mais aussi dans vingt ou cent ans.
    La division de la Côte de l’Agence des services Maritimes et Côtiers (MDK) est en plein travaux pour protéger notre côte contre une telle tempête. Une étude relative aux points sensibles le long de la côte a révélé que nos ports et aussi la ligne côtière de Wenduine à Blankenberge et entre Middelkerke et Ostende constituent des points sensibles. Le masterplan Sécurité côtière a été approuvé en 2011. On y retrouve tous les travaux qui seront entrepris pour renforcer la digue, par exemple élargir et surélever les plages, augmenter le mur des quais, renforcer les digues de mer et construire des murs de tempête (sous forme de bancs).

  • Repêché un explosif?

    Un explosif, vous ne l'avez de préférence pas à bord ou dans vos filets. La carte des explosifs vient alors à point. Ce n'est pas toujours facile de savoir si vous avez à faire à un explosif ou pas. Au fil du temps, il a été peut-être déformé il s'y trouve dessous une couche de boue ou d'algues ou il se peut que vous avez repêché seulement une partie de l'explosif.

    En cas de doutes, contactez le MRCC (Centre Maritime de Sauvetage et de Coordination) le plus vite possible. Une description minutieuse de l'explosif est plus que nécessaire. Prenez des photos de l'explosif en question et envoyez les vers mrcc@mrcc.be.

    Si ceci n'est pas possible, décrivez le plus précisément possible l'explosif à l'opérateur. La carte des explosifs peut vous aider a effectuer cette description. Sur cette carte se trouve une liste des explosifs que se retrouvent en Mer du Nord et la carte vous aide à avoir une idée sur les dimensions etc.

    Sur cette carte vous lisez ce qu'il faut faire et ne pas faire en attendant que le service de déminage arrive. Consultez aussi le BAZ nr 1.

    Téléchargez la carte des explosifs ici.

  • Un job chez l’un des partenaires de la garde côtière pourrait m’intéresser. Où puis-je m’adresser pour obtenir plus d’informations sur les postes vacants?

    Pour connaître les postes vacants chez les partenaires flamands de la garde côtière, vous pouvez consulter le site web du Selor (www.selor.be) ou jobpunt Vlaanderen (www.jobpunt.be). Pour connaître les postes vacants parmi les partenaires fédéraux de la garde côtière, vous pouvez également consulter le site web du Selor. Pour les postes vacants chez le ministère de la Défense, contactez le contact center au numéro 0032 (0)800 333 48.

    Pour des postes vacants spécifiques: regardez les sites web des partenaires garde cötières.

  • Un phoque sur un brise-lames ou un banc de sable, est-il malade?

     

     

    Pas nécessairement. Les phoques en pleine santé cherchent tous les jours un endroit pour se dorer au soleil. Il est important qu’ils puissent se reposer, ne vous approchez donc pas trop et gardez aussi les chiens en laisse afin qu’ils ne soient pas perturbés.
    Un phoque malade est maigre et apathique et restera couché même vous vous en approchez. N’allez toutefois pas trop près et ne touchez pas le phoque. Lorsque l’animal se sent menacé, il peut mordre et transmettre des maladies. Appelez le Sea Life Centre Blankenberge: 0032 (0)50 42 43 00.
    L'Unité de Gestion du Modèle Mathématique (UGMM) tient une base de données reprenant les observations et échouages de phoques, cétacés et tortues marines. Cette base de données remonte même jusqu’au moyen-âge avec quelques données historiques sur l’échouage de cétacés.

     

  • Y a-t-il des requins dans la mer du Nord ?

    On retrouve trois sortes de requins dans la mer du Nord: aiguillat, roussette, émissole. Il n’est pas fréquent d’en trouver de notre côté de la côte, ils sont davantage présents le long de la côte de l’Angleterre et de l’Ecosse. Si vous avez peur des requins, vous n’avez en fait rien à craindre le long de notre côte !